La consommation de thé est associée à une réduction du risque de cancer du sein en cas d’antécédents familiaux

  • Zhang D & al.
  • Int J Cancer
  • 13 déc. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La consommation de thé vert ou de thé noir est associée à un risque de cancer du sein jusqu’à 18 % plus faible.
  • Ces résultats sont issus d’une analyse de l’Étude sororale, une grande cohorte prospective de femmes sans cancer du sein dont les sœurs sont atteintes d’un cancer du sein.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études précliniques suggèrent que le thé noir et le thé vert ont des propriétés chimiopréventives.
  • Les résultats obtenus avec d’autres cohortes sont contradictoires, en partie parce qu’ils regroupaient tous les types de thé.
  • Les résultats de cette étude suggèrent que la réalisation d’un essai contrôlé randomisé est justifiée.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte prospective composée de 45 744 femmes américaines et portoricaines, incluses dans l’Étude sororale, a été suivie pendant une durée médiane de 8,6 ans.
  • La consommation de thé a été évaluée à l’aide d’un questionnaire de fréquence alimentaire à l’inclusion ; le questionnaire portait sur les 12 derniers mois.
  • Les diagnostics du cancer du sein ont été évalués à l’aide de questionnaires de suivi et vérifiés par un examen des dossiers médicaux.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • 81,6 % des participantes buvaient du thé noir et 56,0 % du thé vert.
  • 2 809 cancers du sein ont été diagnostiqués au cours de la période de suivi.
  • Des associations inverses ont été identifiées entre les deux types de thé et le cancer du sein :
    • thé noir (au moins 5 tasses/semaine, contre 0) : rapport de risque corrigé (RRc) de 0,88 (IC à 95 % : 0,78–1,00) ;
    • thé vert (au moins 5 tasses/semaine, contre 0) : RRc de 0,82 (IC à 95 % : 0,70–0,95).
  • Les résultats ne variaient pas en fonction du statut du récepteur des œstrogènes, du statut ménopausique ou de l’indice de masse corporelle (IMC).

Limites

  • Protocole observationnel.