La consommation de gluten favorise-t-elle le risque de psoriasis, de rhumatisme psoriasique ou de dermatite atopique ?

  • Drucker AM & al.
  • J Am Acad Dermatol
  • 9 août 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Une étude observationnelle menée sur plus de 116.000 participantes suivies durant près de 20 ans suggère qu’il n’y aurait pas de lien entre la consommation de gluten et la survenue d’un psoriasis, d’un rhumatisme psoriasique ou d’une dermatite atopique.
  • Cette étude observationnelle a évalué la survenue de ces pathologies cutanées et rhumatismales et non l’évolution de leur sévérité sous l’impact de la consommation de gluten.
  • Ces données sont cohérentes avec les recommandations de la National Psoriasis Foundationqui n’est pas en faveur de l’éviction du gluten de l’alimentation en dehors d’une sensibilité cliniquement ou sérologiquement prouvée, et les recommandations de prise en charge de la dermatite atopiquequi ne préconisent l’éviction d’un aliment qu’en cas d’allergie cliniquement prouvée.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Les liens entre la consommation de gluten et les maladies inflammatoires de la peau ont bénéficié de peu d’études jusqu’à présent. Quelques études non contrôlées de faible envergure avaient montré une amélioration de la sévérité du psoriasis avec une alimentation sans gluten, et certains patients évoquent parfois une amélioration de leur dermatite atopique après élimination du gluten de leur alimentation. D’où l’intérêt de cette étude qui évalue l’association entre la consommation de gluten et le développement d’un psoriasis, du rhumatisme psoriasique ou d’une dermatite atopique.

Méthodologie

Cette étude observationnelle a été réalisée à partir de la cohorte Nurses’ Health Study II qui a inclus des infirmières américaines. La consommation en gluten durant l’année écoulée de ces femmes a été évaluée tous les 4 ans à partir de 1991 grâce à des questionnaires auto-administrés. Les participantes ont été régulièrement interrogées pour savoir si elles avaient reçu le diagnostic de maladie psoriasique ou de dermatite atopique. 

Principaux résultats

Au total, 85.185 sujets souffrant de psoriasis, 85.324 souffrant de rhumatisme psoriasique et 63.443 souffrant de dermatite atopique ont été inclus dans les analyses. 

Sur l’ensemble du suivi (1991-2015), 1.432 cas de psoriasis, 262 de rhumatisme psoriasique et 403 de dermatite atopique ont été rapportés.

L’augmentation de la consommation de gluten n’a été associée à aucune de ces maladies (p>0,05 pour toutes).

Principales limitations

L’évaluation des personnes ayant une alimentation « sans gluten » n’a pas été réalisée spécifiquement et les données sérologiques de la sensibilité au gluten n’ont pas été recueillies. Par ailleurs, les consommations alimentaires étaient auto-rapportées.