La comparaison entre l’acupuncture et l’acupuncture simulée pour le traitement de la xérostomie radio-induite


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’acupuncture peut réduire significativement l’incidence et la sévérité de la xérostomie radio-induite (XRI) chez les patients atteints d’un cancer de la tête et du cou, selon un essai contrôlé randomisé publié dans la revue JAMA Network Open.

L’essai de phase III a comparé un groupe témoin recevant les soins standards (TSS) à un groupe traité par acupuncture réelle (AR) et à un groupe traité par acupuncture simulée (AS) de patients atteints d’un carcinome de l’oropharynx ou du nasopharynx qui recevaient une radiothérapie dans deux centres aux États-Unis et en Chine.

Au total, 339 patients ont été inclus dans l’analyse finale : 112 dans le groupe de l’AR, 115 dans le groupe de l’AS et 112 dans le groupe TSS.

L’incidence de xérostomie cliniquement significative un an après la fin de la radiothérapie parmi les groupes était de 38 patients dans le groupe de l’AR (34,6 %), de 54 patients dans le groupe de l’AS (47,8 %) et de 60 patients dans le groupe TSS (55,1 %).

Des comparaisons post-hoc ont révélé une différence significative entre le groupe de l’AR et le groupe TSS. Le groupe de l’AR n’a différé significativement du groupe de l’AS que dans le centre en Chine et le groupe de l’AS n’a différé significativement du groupe TSS que dans le centre aux États-Unis.

Les auteurs ont déclaré que d’autres études sont nécessaires pour confirmer la pertinence clinique et le caractère généralisable de ces résultats et pour évaluer les incohérences dans la réponse à l’AS entre les patients qui ont été constatées aux États-Unis et en Chine.