La communauté de la radiologie doit élaborer un code de déontologie pour l’IA


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La communauté de la radiologie nécessite un cadre éthique pour aider à guider le développement technologique, influencer la manière dont les différents acteurs réagissent et utilisent l’intelligence artificielle (IA), et mettre en œuvre ces outils de façon à prendre les meilleures décisions et à agir au mieux pour les patients et, de manière croissante, en concertation avec eux.

Telle est la déclaration sur l’éthique entourant l’IA, émanant de plusieurs sociétés de radiologie, qui a été publiée simultanément dans les revues Journal of the American College of Radiology, Radiology, Insights into Imaging et Canadian Association of Radiologists Journal. 

La déclaration d’aspirations porte sur trois grands domaines : les données, les algorithmes et la pratique, ses auteurs ayant souligné que l’usage éthique de l’IA en radiologie doit promouvoir le bien-être et minimiser les préjudices résultant de ses écueils potentiels et des biais qui lui sont inhérents.

Les auteurs soulignent également que l’IA en radiologie doit être suffisamment transparente, hautement fiable, réduire les biais dans la prise de décision et garantir que la responsabilité et la redevabilité continuent de relever de concepteurs ou d’opérateurs humains.

Étant donné que les radiologues « restent responsables en dernier ressort des soins aux patients », la déclaration mentionne qu’ils devront acquérir de nouvelles compétences afin de faire de leur mieux pour les patients dans le nouvel écosystème intégrant l’IA.

« L’objectif de la radiologie doit être de tirer parti autant que possible de l’usage éthique de l’IA, tout en résistant à la tentation de réaliser des profits supplémentaires provenant d’usages non éthiques des données radiologiques et de l’IA en radiologie », est-il précisé.