La Commission européenne avertit que la réalité virtuelle pourrait affecter la santé future


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Comité scientifique sur la santé, l’environnement et les risques émergents (Scientific Committee on Health, Environmental and Emerging Risks, SCHEER) de la Commission européenne a averti que l’utilisation de cigarettes électroniques, la réalité virtuelle et même les appareils d’écoute et de communications personnelles sont susceptibles d’affecter la santé humaine dans le futur. 

Dans une nouvelle déclaration sur les sujets émergents liés à la santé et à l’environnement, le Comité a souligné que les gens ont actuellement tendance à se mettre à vapoter des cigarettes électroniques plutôt que de fumer. Même si le Comité a indiqué que les cigarettes électroniques peuvent être considérées comme moins dangereuses que les cigarettes ordinaires en ce qui concerne les maladies liées au tabagisme, les effets de leur utilisation sur la santé ne sont pas bien compris. « Il est considéré que l’étude des cigarettes électroniques sur la santé humaine n’a jamais eu une aussi grande importance, du point de vue de la prévention en matière de santé publique », a déclaré le Comité. 

À l’heure où la réalité virtuelle suscite de plus en plus l’intérêt comme nouvelle technologie prometteuse, le Comité a averti que son utilisation pourrait avoir des effets neurologiques en raison du « réalisme inquiétant de la simulation des mouvements ». Parmi les autres risques pour la santé associés à la réalité virtuelle figurent l’anxiété, les nausées, la fatigue visuelle et l’exposition aux radiations.

Le Comité a suggéré que l’utilisation d’appareils d’écoute et de communications personnelles était également associée à des risques potentiels, notamment la myopie et d’éventuels effets sur la sécurité des piétons.

La déclaration vise à attirer l’attention des services de la Commission européenne sur une série de sujets émergents.