La combinaison curiethérapie vaginale et chimiothérapie est associée à un bénéfice de SG dans le cadre du carcinome utérin séreux

  • Tatebe K & et al.
  • Gynecol Oncol
  • 11 oct. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une curiethérapie vaginale (CTV) adjuvante combinée à une chimiothérapie (CT) a permis d’obtenir une SG à cinq ans similaire à la radiothérapie externe (RTE), dans une cohorte globale de patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre de stade précoce.
  • La combinaison CTV et CT était associée à un avantage en termes de SG uniquement chez les patientes présentant une histologie séreuse.

Pourquoi est-ce important ?

  • La sélection des patientes à partir des caractéristiques de risque pourrait permettre d’identifier celles qui sont susceptibles de retirer le plus grand bénéfice d’une chimiothérapie.

Protocole de l’étude

  • 4 602 patientes à risque intermédiaire–élevé, atteintes d’un cancer de l’endomètre de stade précoce et ayant fait l’objet d’une chirurgie, ont reçu la combinaison CTV et CT ou une RTE.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 34 mois.
  • La SG à 5 ans chez les patientes atteintes d’une histologie endométrioïde, séreuse et à cellules claires était de 79,3 %, 69,9 % et 73,9 %, respectivement (P = 0,028).
  • Dans l’ensemble, la RTE était associée à une réduction de la SG à 3 ans (89,6 % contre 87,8 % ; rapport de risque [RR] : 1,24 ; P = 0,044) et à une SG à 5 ans similaire (78,1 % contre 76,7 % ; P = 0,17), comparativement à la combinaison CTV et CT.
  • Lors de la sous-analyse :
    • Seules les patientes atteintes d’un carcinome séreux ont présenté une SG plus défavorable avec une RTE, comparativement à la combinaison CTV et CT (n = 1 002 ; RR : 1,76 ; P = 0,006).
    • La RTE a amélioré la survie chez les patientes présentant une histologie endométrioïde de haut grade sans dissection des ganglions lymphatiques (RR : 0,35 ; IC à 95 % : 0,16–0,73). La présence d’un envahissement de l’espace lymphovasculaire a amélioré davantage la SG (RR : 0,14 ; IC à 95 % : 0,03–0,63).
  • Aucune différence n’a été observée au niveau de la SG entre les deux traitements chez les patientes présentant une histologie à cellules claires (RR : 0,94 ; IC à 95 % : 0,31–2,81).

Limites

  • Protocole rétrospectif.