La circonférence du cou peut-elle prédire le risque cardiovasculaire dans la pratique clinique ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que la circonférence du cou a une capacité élevée à prédire le risque cardiovasculaire (RCV). 

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont examiné les données portant sur 4 607 adultes âgés de 18 ans et plus, issus de l’Enquête nationale sur la santé au Chili sur la période 2009–2010, afin d’évaluer la capacité prédictive de la circonférence du cou à détecter le RCV, par rapport au tour de taille. 

Les auteurs ont découvert que, même si le tour de taille avait une meilleure capacité à prédire le RCV modéré/élevé que la circonférence du cou chez les hommes, la différence n’était pas significative pour les femmes. La circonférence du cou a montré une sensibilité plus élevée chez les hommes et une sensibilité similaire chez les femmes, par rapport au tour de taille, mais a démontré une spécificité plus faible chez les deux sexes. Au sein de cette population spécifique, les meilleures performances de la circonférence du cou pour prédire le RCV modéré/élevé ont été obtenues avec des seuils de 37 cm pour les hommes et de 32 cm pour les femmes.  

Selon les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue BMJ Open, la capacité de la circonférence du cou à prédire le RCV « apparaît comme une opportunité pour s’en servir dans la pratique clinique lorsque la mesure du tour de taille est difficile à réaliser » et « pour finalement remplacer la mesure du tour de taille du fait de la plus grande simplicité de la technique ».