La cholécystectomie pourrait réduire le risque d’AVC chez les patients présentant des lithiases vésiculaires


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que la cholécystectomie pourrait être associée à une réduction du risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) chez les patients présentant des lithiases vésiculaires. 

Les chercheurs ont examiné les données de la Base de données de recherche de l’assurance maladie nationale de Taïwan, portant sur 310 712 patients présentant des lithiases vésiculaires, lesquels ont été divisés en 2 groupes : ceux ayant fait l’objet d’une cholécystectomie (groupe d’intervention) et ceux n’en ayant pas fait l’objet (témoins).

Durant la période de l’étude (2000–2012), 19 098 témoins et 11 913 patients présentant des lithiases vésiculaires qui avaient fait l’objet d’une cholécystectomie ont subi un AVC, ce qui s’est traduit par des taux d’incidence de 17,8/1 000 personnes-années et de 10,6/1 000 personnes-années, respectivement. 

Après une correction pour prendre en compte l’âge, le sexe et les principales comorbidités, les chercheurs ont découvert que les patients ayant fait l’objet d’une cholécystectomie présentaient des risques significativement plus faibles d’AVC global (rapport de risque [RR] : 0,60 ; IC à 95 % : 0,59–0,62), d’AVC ischémique (RR : 0,60 ; IC à 95 % : 0,58–0,61) et d’AVC hémorragique (RR : 0,55 ; IC à 95 % : 0,51–0,58), par rapport aux patients n’ayant pas fait l’objet d’une cholécystectomie. Les patients présentant des lithiases vésiculaires, asymptomatiques ou symptomatiques, avaient un risque d’AVC global plus faible après la cholécystectomie. 

Selon les auteurs, qui ont écrit dans la revue Journal of Gastroenterology and Hepatology, les résultats fournissent la preuve que les lithiases vésiculaires pourraient être l’un des facteurs de risque potentiels dans le cadre de l’AVC.

« Nos résultats nécessitent que des gastro-entérologues et des chirurgiens gastro-intestinaux prêtent une plus grande attention aux patients présentant des lithiases vésiculaires, afin de mettre en œuvre des mesures de prévention de l’AVC, en particulier dans les cas de patients présentant un ou plusieurs facteurs de risque d’AVC conventionnels », ont conclu les auteurs.