La chirurgie mini-invasive dans le cadre du cancer du col de l’utérus échoue dans l’essai de phase III LACC

  • Ramirez PT & al.
  • N Engl J Med
  • 31 oct. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer du col de l’utérus et faisant l’objet d’une hystérectomie radicale, la chirurgie mini-invasive (CMI) était associée à un taux plus élevé de récidive et à une survie plus courte que la chirurgie ouverte.
  • L’étude a été interrompue en raison d’un taux de décès plus élevé avec la CMI.

Pourquoi est-ce important ?

  • Dans les études rétrospectives, la CMI avait obtenu une survie similaire et un taux moins important de complications que la chirurgie ouverte.
  • Les recommandations actuelles préconisent l’utilisation des deux procédures, ce qui a popularisé l’utilisation de la CMI, bien que les données appuyant cette utilisation soient insuffisantes.

Protocole de l’étude

  • Essai de phase III, randomisé, sur l’approche laparoscopique du cancer du col de l’utérus (LACC).
  • 631 patientes (contre 740 prévues) atteintes d’un cancer du col de l’utérus de stade IA1 (envahissement lymphovasculaire), IA2 ou IB1 ont été affectées de manière aléatoire pour faire l’objet d’une CMI (n = 319) ou d’une chirurgie ouverte (n = 312).
  • Financement : Centre de cancérologie MD Anderson de l’Université du Texas (University of Texas MD Anderson Cancer Center) ; Medtronic.

Principaux résultats

  • À quatre ans et demi, la SSM était significativement plus faible après une CMI qu’après une chirurgie ouverte (86,0 % contre 96,5 % ; Pnon-infériorité = 0,87).
  • Dans les groupes CMI et chirurgie ouverte, respectivement :
    • 19 et 3 patientes sont décédées.
    • 27 et 7 patientes ont présenté une récidive.
  • La CMI était associée à un moins bon taux de :
    • SSM à trois ans (91,2 % contre 97,1 % ; RR : 3,74 ; IC à 95 % : 1,63–8,58).
    • SG à trois ans (93,8 % contre 99,0 % ; RR : 6,00 ; IC à 95 % : 1,77–20,30).
    • Mortalité spécifique au cancer à trois ans (4,4 % contre 0,6 % ; RR : 6,56 ; IC à 95 % : 1,48–29,00).

Limites

  • L’essai a été interrompu prématurément en raison d’un taux plus élevé de décès dans le groupe CMI.