La chirurgie bariatrique est associée à un risque plus faible de CCR

  • Bailly L & al.
  • JAMA Surg
  • 11 mars 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude française démontre que la chirurgie bariatrique est associée à une réduction du risque de cancer colorectal (CCR), qui atteint un taux conforme à celui observé dans la population générale.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures ont obtenu des résultats contradictoires, mais le nombre de cas de CCR était inférieur et les populations étaient généralement plus jeunes.

Protocole de l’étude

  • Une étude rétrospective a été menée sur la base des données de santé électroniques françaises des personnes obèses (N = 1 045 348 ; âge : 50–75 ans ; 74 131 ont fait l’objet d’une chirurgie bariatrique).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Pendant le suivi, le taux de CCR était de 1,2 %, et 63 649 polypes colorectaux bénins ont été détectés.
  • 0,6 % des patients de la cohorte chirurgicale ont développé un CCR, contre 1,3 % des patients de la cohorte non chirurgicale (P 
  • Dans la cohorte non chirurgicale :
    • 9 417 cas étaient attendus, mais 12 629 ont été observés.
    • Le ratio standardisé d’incidence était de 1,34 (IC à 95 % : 1,32–1,36).
  • Dans la cohorte chirurgicale :
    • 428 cas étaient attendus sur la base de la population générale française, et 423 ont été observés.
    • Le ratio standardisé d’incidence était de 1,0 (IC à 95 % : 0,90–1,09).
  • Un appariement selon les scores de propension a révélé chez les patients chirurgicaux une réduction des risques de :
    • CCR : rapport de risque (RR) de 0,68 (IC à 95 % : 0,60–0,77) ;
    • polypes colorectaux bénins : RR de 0,56 (IC à 95 % : 0,53–0,59).
  • Comparativement à la pose d’un anneau gastrique ajustable, le bypass gastrique et la gastrectomie longitudinale étaient associés à une incidence plus faible de :
    • CCR : 0,5 % pour les deux, contre 0,7 % (P = 0,04) ;
    • polypes colorectaux bénins : 3,1 % pour les deux, contre 5,0 % (P 

Limites

  • Analyse rétrospective.