La chirurgie bariatrique améliore la résistance à l’insuline intestinale

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Chez les sujets obèses, la chirurgie bariatrique, en particulier la dérivation gastrique avec anse en Y de Roux (RYGB), permet de traiter l'obésité, mais aussi le diabète. Alors que la perte de poids survient des semaines et des mois après l'intervention, l'amélioration du contrôle glycémique se produit beaucoup plus rapidement et indépendamment de l'amaigrissement. L'augmentation de la sensibilité à l'insuline est le phénomène le plus précoce suivie d'une sécrétion insulinique. Plus précisément, il semble y avoir deux mécanismes impliqués dans l'amélioration rapide du contrôle glucidique : un accroissement de la sensibilité à l'insuline hépatique avec une amélioration de la fonction cellulaire bêta du pancréas et une sécrétion accrue de GLP-1 (glucagon-like peptide-1) en relation avec une exposition plus rapide du jéjunum aux aliments. Les changements métaboliques qui s'opèrent au niveau intestinal demeurent cependant mal connus.

Une équipe finlandaise a déjà validé la tomographie par émission de positons (TEP) marquée au fluo...