La chimiothérapie est plus efficace que l’endocrinothérapie dans le cadre du traitement néoadjuvant du cancer du sein ER+

  • Clin Breast Cancer

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre du cancer du sein à récepteurs des œstrogènes positifs (Estrogen Receptor-positive, ER+), la chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) est plus efficace que l’endocrinothérapie néoadjuvante (ETN) en matière de revue à la baisse du stade de la tumeur et de réponse complète, chez des patientes appariées.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats viennent contredire l’idée selon laquelle les patientes atteintes de tumeurs ER+ et à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain négatif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-negative, HER2-) obtiennent un taux similaire de revue à la baisse du stade avec une ETN courte ou une CTNA.
  • L’intérêt pour l’ETN demeure dans cette population de patientes, malgré des données non uniformes concernant la revue à la baisse du stade et les résultats à long terme, et l’absence de données issues d’essais randomisés prospectifs de grande envergure comparant la CTNA et l’ETN. 

Principaux résultats

  • 63 % des patientes ont fait l’objet d’une CTNA, 29 % d’une ETN, et 8 % des deux traitements de manière séquentielle.
  • Les femmes du groupe ETN étaient significativement plus âgées et à un stade clinique inférieur (P 
  • La revue à la baisse du stade clinique était plus fréquente avec la CTNA (20/51 ; 39,2 %) qu’avec l’ETN (11/51 ; 21,6 %) chez les patientes appariées (P = 0,032).
  • Le taux de réponse complète clinique était de 3,9 % avec l’ETN (2/51), contre 37,3 % avec la CTNA (19/51 ; P 
  • Le taux de réponse complète pathologique était de 2,1 % pour l’ETN et la CTNA, avec une patiente dans chaque groupe.
  • 25,5 % des patientes du groupe ETN ont fait l’objet d’une mastectomie partielle, contre 27,5 % des patientes du groupe CTNA (P = 0,05).

Protocole de l’étude

  • Une étude prospective a été réalisée à partir d’une base de données de patientes atteintes d’un cancer du sein ER+/HER2- qui ont reçu un traitement néoadjuvant entre 2012 et 2017.
  • Les patientes ont été appariées en fonction de l’âge, du stade et du grade.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Pas de randomisation, échantillon relativement petit.