La chimiothérapie ajoute un bénéfice au pembrolizumab dans le cadre du CPNPC avec une forte expression de PD-L1

  • Zhou Y & al.
  • J Immunother Cancer
  • 3 mai 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de la chimiothérapie au pembrolizumab en première intention a entraîné un meilleur taux de réponse objective (TRO) et une meilleure SSP que le pembrolizumab seul, chez les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) avancé, avec un score de proportion tumorale (SPT) du ligand 1 de mort cellulaire programmée (Programmed cell Death-Ligand 1, PD-L1) supérieur ou égal à 50 %.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pembrolizumab en monothérapie est le traitement privilégié dans le cadre du CPNPC avec un SPT du PD-L1 supérieur ou égal à 50 %, mais il existe peu de données sur le bénéfice de l’ajout d’une chimiothérapie.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse de 5 essais contrôlés randomisés (ECR), portant sur 1 289 patients atteints d’un CPNPC avancé avec un SPT du PD-L1 supérieur ou égal à 50 %, a été réalisée.
  • Financement : Programme national clé de recherche et de développement de Chine ; autres.

Principaux résultats

  • L’association pembrolizumab et chimiothérapie a entraîné un TRO (risque relatif [RR] : 2,16 ; P 
  • Le pembrolizumab en monothérapie a permis d’améliorer le TRO (RR : 1,33; P = 0,002) et la SG (RRI : 0,67 ; P 
  • Lors de la comparaison indirecte, l’association pembrolizumab et chimiothérapie était associée à un TRO (RR : 1,62 ; P = 0,003) et à une SSP (RRI : 0,55 ; P = 0,037) supérieurs à ceux du pembrolizumab en monothérapie.

Limites

  • Aucune donnée de comparaisons directes.