La chimiothérapie à haute dose dans le cadre du cancer du sein : un suivi à 20 ans révèle un héritage complexe

  • JAMA Oncol

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un suivi à 20 ans de la chimiothérapie à haute dose (CTHD) dans le cadre du cancer du sein avec au moins 4 ganglions lymphatiques positifs ne révèle aucun bénéfice de survie globale (SG), sauf pour un sous-groupe de patientes avec au moins 10 ganglions positifs.
  • Aucun bénéfice n’a été observé dans le cadre du cancer du sein triple négatif (CSTN).
  • Cet essai de phase III a comparé l’association CTHD et autogreffe de cellules souches hématopoïétiques à une chimiothérapie à dose conventionnelle (CTDC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Il s’agit du plus grand essai contrôlé randomisé de ce type, avec le suivi le plus long.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit du suivi à 20 ans d’un essai néerlandais mené auprès de 885 patientes, âgées de moins de 56 ans et atteintes d’une maladie de stade III avec au moins 4 ganglions lymphatiques axillaires (GLA) positifs.
  • 4 cycles de chimiothérapie ont été administrés avec la même dose que la CTDC, mais, dans le groupe CTHD, le cinquième cycle était composé de cyclophosphamide 6 000 mg/m2, de thiotépa 480 mg/m2 et de carboplatine 1 600 mg/m2, et était suivi d’une greffe de cellules souches hématopoïétiques.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Aucune augmentation du taux de SG n’a été observée avec la CTHD :
    • 41,5 % avec la CTDC, contre 45,3 % avec la CTHD. 
    • Rapport de risque (RR) : 0,89 (IC à 95 % : 0,75–1,06).
  • Un sous-groupe avec au moins 10 GLA positifs a présenté une amélioration absolue de 14,6 %.
    • RR : 0,72 (IC à 95 % : 0,54–0,95).
  • Le sous-groupe de patientes atteintes d’un CSTN a obtenu une amélioration absolue non significative de 15,4 %.
    • RR : 0,67 (IC à 95 % : 0,42–1,05).
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes au niveau de la survenue d’une seconde tumeur maligne ou d’un événement cardiovasculaire majeur.
  • Le groupe CTHD présentait un taux plus important d’hypertension, d’hypercholestérolémie et de dysrythmies.

Limites

  • La CTDC utilisée actuellement ne correspond pas à la version utilisée dans le cadre de cet essai.