La chimiothérapie à base de platine/pémétrexed montre une efficacité modérée dans le cadre du CBNPC ALK+

  • J Thorac Oncol

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La chimiothérapie à base de platine/pémétrexed s’est montrée modestement efficace chez les patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) positif pour la kinase du lymphome anaplasique (Anaplastic Lymphoma Kinase, ALK), réfractaire à au moins un inhibiteur de la tyrosine kinase (ITK) de l’ALK de deuxième génération.
  • L’efficacité était meilleure chez les patients ayant reçu la chimiothérapie en association avec un ITK ciblant ALK.

Pourquoi est-ce important ?

  • Après l’échec d’un traitement par ITK ciblant l’ALK de deuxième génération, le traitement suivant le plus efficace est inconnu.

Protocole de l’étude

  • 58 patients atteints d’un CBNPC ALK-positif avancé, réfractaire à au moins 1 ITK ciblant l’ALK de deuxième génération, ont reçu une chimiothérapie à base de platine/pémétrexed (chimiothérapie à base de PT/pém).
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute) et autres.

Principaux résultats

  • 88 % des patients avaient préalablement reçu au moins 2 ITK ciblant ALK, et 21 % avaient préalablement reçu au moins 3 ITK ciblant ALK.
  • 95 % des patients ont reçu une chimiothérapie à base de PT/pém immédiatement après un inhibiteur de l’ALK de deuxième génération.
  • Le taux de réponse objective (TRO) était de 29,7 % (IC à 95 % : 15,9–47,0 %) et le TRO du système nerveux central était de 15,8 % (IC à 95 % : 3,4–39,6 %).
  • Dans l’ensemble, la survie sans progression (SSP) médiane sous chimiothérapie à base de PT/pém pour la cohorte entière était de 4,3 mois (IC à 95 % : 2,9–5,8).
  • Le risque de progression intracrânienne à 1 an était de 30 % (IC à 95 % : 18–44 %).
  • Le fait de recevoir une chimiothérapie combinée à base de PT/pém et un ITK ciblant ALK était associé à une amélioration significative de la SSP médiane, comparativement à la chimiothérapie à base de PT/pém seule (7,7 mois contre 3,6 mois ; RR : 0,31 ; P = 0,002).

Limites

  • Étude rétrospective.