La cétirizine par voie intraveineuse est non inférieure à la diphénhydramine pour le traitement de l’urticaire

  • Abella BS & al.
  • Ann Emerg Med
  • 8 juil. 2020

  • Par Jenny Blair, MD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Pour le traitement de l’urticaire aiguë par voie intraveineuse, la cétirizine était non inférieure à la diphénhydramine. En outre, elle a conduit à des événements indésirables moins nombreux et à un débit plus rapide.

Pourquoi est-ce important ?

  • La diphénhydramine, l’ancienne solution de secours, présente des effets indésirables importants (une sédation, des effets anticholinergiques) et a une courte durée d’action.
    • Elle est potentiellement inappropriée pour les personnes âgées.
  • La cétirizine est le premier antihistaminique de seconde génération injectable.

Principaux résultats

  • Comparaison entre la diphénhydramine et la cétirizine :
    • Variation du score du prurit : -1,5 (écart-type [ET] : 1,0), contre -1,6 (ET : 0,9 ; différence : 0,1 ; P = 0,35), ce qui indique une non-infériorité.
    • Pourcentage de patients s’étant présentés à nouveau à un service des urgences ou à une clinique dans les 24 heures : 11,1 %, contre 3,9 % (P = 0,04).
    • Heures passées dans un centre de traitement : 2,1 heures (ET : 1,1), contre 1,7 heure (ET : 0,9 ; P = 0,005).
    • Pourcentage de patients ayant présenté des événements indésirables : 13,3 %, contre 3,9 %.

Méthodologie

  • L’essai de phase III multicentrique, randomisé et de non-infériorité ETTAU-03 a comparé 2 antihistaminiques injectables pour le traitement de l’urticaire aiguë (n = 262).
  • Les adultes atteints d’une urticaire aiguë ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir une dose unique de cétirizine par voie intraveineuse (10 mg) ou de la diphénhydramine par voie intraveineuse (50 mg).
  • Critère d’évaluation : la variation du score du prurit à 2 heures, par rapport à l’inclusion (score sur une échelle de 0 à 3, 0 indiquant l’absence de démangeaisons et 3 la présence de démangeaisons sévères).
  • Financement : JDP Therapeutics ; TerSera Therapeutics.

Limites

  • L’échelle du prurit n’a pas été validée.
  • L’administration intramusculaire n’a pas été évaluée.