La BPCO, un facteur de risque cardiovasculaire indépendant ?

  • Weatherald J & al.
  • Chest
  • 22 mai 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

En comparant les données ajustées d’une cohorte de 458 patients atteints de BPCO à celles d’une cohorte appariée de 1.657 sujets contrôles, dont 43% étaient fumeurs ou ex-fumeurs, des chercheurs britanniques ont établi que les biomarqueurs cardiovasculaires (rigidité artérielle, onde de réflexion, épaisseur de l’intima-média carotidienne) étaient augmentés chez les patients BPCO par rapport aux autres, indépendamment des facteurs de risque cardiovasculaire, notamment le tabagisme. Ce résultat suggère que la BPCO pourrait être considérée comme un facteur de risque cardiovasculaire indépendant. D’autres études prospectives seront néanmoins utiles pour conforter cette première analyse.

Pourquoi est-ce important ?

Les liens entre BPCO et maladies cardiovasculaires sont importants, et partagent de nombreux facteurs de risque communs. Le rôle de la pathologie pulmonaire sur le pronostic de la maladie cardiovasculaire n’est qu’incomplètement compris et incite à conduire des explorations spécifiques. Ainsi, plusieurs études se sont intéressées au comportement des biomarqueurs de substitution du risque cardiovasculaire chez le patients BPCO, mais aucune n’a jamais pu formellement établir si la pathologie pulmonaire était un facteur prédictif indépendant de toute autre variable, comme le tabagisme.

Principaux résultats

  • Au total, 458 patients BPCO et 1.657 sujets contrôles (43% fumeurs ou ex-fumeurs) appariés sur l'âge, le sexe et l'IMC ont été inclus. L'âge moyen était de 67 ans et 58% étaient des hommes.

  • Les patients BPCO présentaient une augmentation de la vitesse de l’onde de pouls (9,95 vs 9,27 m/s), de l'index d’augmentation (28% vs 25%) et de l’épaisseur de l'intima-média carotidienne (0,83 vs 0,74 mm) par rapport aux patients contrôles (tous p

  • Parallèlement, l’étude a mis en évidence une relation entre la sévérité de la pathologie pulmonaire (mesurée selon l’index BODE) et la sévérité de la rigidité artérielle, mais une telle association n’était pas retrouvée concernant les autres biomarqueurs (ondes de réflexion, athérosclérose subclinique).

  • Les patients BPCO qui présentaient une vitesse de l’onde de pouls supérieure à 10 m/s et ceux qui présentaient une épaisseur de l’intima-média carotidienne >0,90 mm avaient respectivement un risque de maladie cardiovasculaire multiplié par 2 et par 5 (respectivement OR : 2,29 [1,74-3,01] et OR : 5,83 [3,15-10,77]) par rapport aux autres.

Méthodologie

Les patients inclus dans cette étude étaient issus des cohortes du consortium ERICA ( Evaluation of the Role of Inflammation in Chronic Airway Disease ) et de l’étude ACCT ( Anglo Cardiff Collaborative Trial ).

Limitations

Étude transversale ne permettant pas de confirmer le lien de causalité. Certains facteurs potentiels de confusion n’ont pu être ajustés, comme l’activité physique.