La biopsie d’un GLS répétée n’est pas pronostique dans le cadre des tumeurs mammaires ipsilatérales

  • Poodt IGM & al.
  • Br J Surg
  • 1 avr. 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Le résultat d’une biopsie d’un ganglion lymphatique sentinelle répétée (BGLSr) n’a pas d’effet pronostique chez les patientes atteintes d’un cancer du sein avec récidive de la tumeur mammaire ipsilatérale (RTMI).

Pourquoi est-ce important ?

  • La BGLSr n’est pas utile comme outil de stadification ou pour l’élaboration de plans de traitement dans le cadre de la RTMI.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte prospective de 515 patientes atteintes d’un cancer du sein avec RTMI, dans 36 hôpitaux néerlandais participant à l’étude SNARB sur les ganglions sentinelles et le cancer du sein récidivant, a été analysée.
  • Les résultats de la BGLSr étaient positifs, négatifs ou infructueux pour démontrer la présence d’une tumeur. 
    • Un résultat positif était défini comme un ganglion lymphatique contenant des macrométastases (supérieures à 2,0 mm) et/ou des micrométastases (supérieures à 0,2 mm et/ou plus de 200 cellules).
  • Le critère d’évaluation principal était le résultat de la BGLSr, par rapport à la survie sans récidive (SSR) à distance.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats 

  • La BGLSr était négative dans 44,7 % des cas, positive dans 8,9 % des cas et infructueuse dans 46,4 % des cas.
  • 22,3 % des patientes avaient développé une récidive après une durée de suivi médiane de 5,1 ans.
  • Le taux global de SSR à distance à 5 ans était de 84,2 % (IC à 95 % : 80,7-87,7 %).
  • Aucune association n’a été observée entre les résultats de la BGLSr et ceux de la SSR à distance (p = 0,682).
  • Une SSR à distance défavorable était associée à :
    • un intervalle de moins de 2 ans entre le traitement du cancer du sein primaire et la RTMI (RR : 2,54 ; P = 0,018) ;
    • une RTMI triple négative (RR : 1,82 ; P = 0,045) ;
    • une absence de chimiothérapie adjuvante après une RTMI (P = 0,010).

Limites

  • Étude observationnelle dans sa conception.