La balnéothérapie pour le traitement de l’insuffisance veineuse chronique : une nouvelle revue Cochrane


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle revue Cochrane a révélé des données probantes selon lesquelles la balnéothérapie (prendre des bains dans de l’eau riche en minéraux) améliore la qualité de vie, la douleur et les changements de pigmentation cutanée chez les patients atteints d’une insuffisance veineuse chronique (IVC). 

Les chercheurs ont revu les données issues de 7 essais, ayant inclus 891 participants et comparé la balnéothérapie à l’absence de traitement ou à d’autres types de traitement de l’IVC. 6 études (836 participants) ont évalué la balnéothérapie, par rapport à l’absence de traitement, tandis que 1 étude a évalué la balnéothérapie, par rapport au Mélilot officinal (trèfle d’odeur jaune). La certitude globale des données probantes a été considérée comme très faible à modérée. 

Les auteurs ont identifié des données probantes de certitude faible à modérée, selon lesquelles la balnéothérapie était probablement plus bénéfique, par rapport à l’absence de traitement pour la douleur, la qualité de vie liée à la santé et les changements de pigmentation cutanée. Ils ont indiqué qu’il n’y avait « probablement aucune amélioration » en faveur de la balnéothérapie concernant le score de sévérité de la maladie basé sur les signes et les symptômes, les ulcères de la jambe, l’œdème et les événements indésirables.

Les données étaient insuffisantes dans l’étude ayant comparé la balnéothérapie au Mélilot officinal pour détecter des différences nettes entre les deux traitements concernant la douleur et l’œdème, les seuls critères d’évaluation pour lesquels des données étaient disponibles.

Les chercheurs ont indiqué que des essais évaluant l’efficacité de la balnéothérapie et comportant un faible risque de biais sont nécessaires afin de fournir des données probantes solides pour le traitement de l’IVC.