La baisse du nombre des cas de paludisme s’est arrêtée


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires ont lancé une nouvelle riposte menée par les pays afin de remettre la lutte antipaludique sur les rails. 

Malgré une baisse de l’incidence de la maladie pendant plusieurs années, le dernier Rapport sur le paludisme dans le monde montre que les réductions des cas de paludisme ont marqué un point d’arrêt. 

D’après le rapport, l’année dernière, le nombre estimé de cas de paludisme s’est élevé à 219 millions, contre 217 millions l’année précédente. Le rapport révèle également des taux insuffisants d’accès et d’adoption des outils et interventions vitaux contre le paludisme. 

Le nouveau plan mené sous la direction des pays se base sur quatre piliers : galvaniser l’attention politique afin de faire baisser le nombre des décès ; obtenir un impact grâce à l’utilisation stratégique des informations ; élaborer les meilleures orientations, politiques et stratégies mondiales convenant à tous les pays où le paludisme est endémique ; et mettre en œuvre une riposte coordonnée au sein des pays.

« Personne ne devrait mourir du paludisme. Mais le monde fait face à une nouvelle réalité : avec la stagnation des progrès, nous risquons de dilapider des années de travail, d’investissements et de succès dans la réduction du nombre des personnes souffrant de cette maladie », déplore le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS. « Nous reconnaissons qu’il nous faut agir différemment, dès maintenant. » 

Ce rapport intervient à un moment critique dans le déploiement des efforts de lutte contre le paludisme, avec une augmentation du nombre de pays s’approchant de l’élimination du paludisme.