LA avancée : un programme italien offre un modèle de soins à domicile

  • Capodanno I & al.
  • Eur J Haematol
  • 22 févr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le programme de soins hématologiques à domicile (SHD) à Reggio d’Émilie (Italie) a permis aux patients atteints d’une leucémie aiguë (LA) avancée de réduire le temps passé en hospitalisation et les visites aux services des urgences (SU), et a donné à un plus grand nombre de patients en phase terminale la possibilité de mourir chez eux.

Pourquoi est-ce important ?

  • La prise en charge à domicile demeure rare dans le cadre des hémopathies malignes.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer la faisabilité du programme de SHD, qui fournit des services aux patients atteints d’une LA avancée qui font l’objet d’une chimiothérapie active ou qui sont en phase terminale de la maladie.
  • Les résultats ont été comparés à un groupe historique de 17 patients pris en charge à domicile avant la mise en place du programme de SHD.
  • Financement : GRADE Onlus ; Azienda Unità Sanitaria Locale – IRCCS Reggio d’Émilie, Italie.

Principaux résultats

  • Aucune complication majeure n’a été observée au niveau des transfusions sanguines/perfusions de chimiothérapie chez les patients recevant des SHD.
  • 28 hospitalisations (intervalle : 0–4 par patient) ont été rapportées chez les patients recevant des SHD, contre 43 (intervalle : 0–9 par patient) dans le groupe historique.
  • 36 visites aux SU (intervalle : 0–7 par patient) ont été rapportées chez les patients recevant des SHD, contre 17 (intervalle : 0–3 par patient) dans le groupe historique.
  • Parmi les patients recevant des SHD, 51,5 % sont décédés chez eux, 8 % dans un centre de soins palliatifs et 40,5 % à l’hôpital.
  • Dans le groupe historique, 6 % sont décédés chez eux, 18 % dans un centre de soins palliatifs et 65 % à l’hôpital.

Limites

  • Données rétrospectives.