L’utilisation non médicale d’opioïdes est fréquente chez les patients atteints d’un cancer

  • Yennurajalingam S & al.
  • JAMA Oncol
  • 7 janv. 2021

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Près de 20 % des patients qui reçoivent un traitement à long terme par opioïdes pour une douleur cancéreuse développent des comportements d’utilisation non médicale d’opioïdes, en l’espace de seulement 8 semaines pour beaucoup d’entre eux.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’utilisation non médicale d’opioïdes est associée à de mauvais résultats et à des décès par surdosage chez les patients sans cancer, mais les données pertinentes concernant les patients atteints d’un cancer sont rares.

Méthodologie

  • L’étude a inclus 1 554 patients atteints d’un cancer et prenant des opioïdes pour une douleur cancéreuse au moins 1 fois par semaine.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 19,2 % des patients présentaient au moins 1 comportement d’utilisation non médicale d’opioïdes.
  • Les comportements les plus fréquents comprenaient des visites à la clinique non programmées pour recevoir des réapprovisionnements inappropriés d’opioïdes (29 %), l’augmentation par les patients eux-mêmes de leur dose d’opioïdes prescrite (16,7 %), l’altération fonctionnelle dans le cadre des activités quotidiennes (15,1 %) et l’utilisation de médicaments à usage restreint non prescrits ou de drogues illicites (12,7 %).
  • 77 % des comportements d’utilisation non médicale d’opioïdes s’étaient produits au bout des 2 premières visites de suivi (la durée médiane jusqu’au suivi était de 56 jours ; 54 % des patients avaient démontré un comportement de ce type lors du premier suivi).
  • 21 % des patients avaient un score de 7 ou plus au questionnaire de dépistage et d’évaluation des opioïdes chez les patients souffrant de douleurs (Screener and Opioid Assessment for Patients with Pain, SOAPP).
  • Après une analyse multivariée, les facteurs prédictifs indépendants (rapports de risque [RR]) de comportements d’utilisation non médicale d’opioïdes ont inclus :
    • le statut matrimonial :
      • Célibataire : 1,58 (P = 0,005). 
      • Divorcé(e) : 1,43 (P = 0,04). 
    • le score SOAPP (positif, par rapport à négatif) : 1,35 (P = 0,02) ;
    • la dose quotidienne équivalente de morphine : 1,003 (P 
    • le niveau de douleur à l’échelle d’évaluation des symptômes d’Edmonton (Edmonton Symptom Assessment Scale) : 1,11 (P 

Limites

  • Étude monocentrique aux États-Unis ; la plupart des participants étaient d’origine ethnique blanche (72,3 %).