L’utilisation des cigarettes électroniques est associée à la dépression clinique


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude a mis en évidence une association entre l’utilisation de cigarettes électroniques et la dépression clinique, la recherche ayant révélé que les utilisateurs de cigarettes électroniques sont deux fois plus susceptibles que les personnes n’en ayant jamais utilisé de rapporter un antécédent de dépression clinique. 

Pour les besoins de l’étude, les chercheurs ont examiné la base de données du Système de surveillance des facteurs de risque comportementaux (Behavioral Risk Factor Surveillance System) de 2016 à 2017. Près de 900 000 participants âgés de 18 ans et plus, pour lesquels des informations sur leur utilisation de cigarettes électroniques et sur la dépression étaient disponibles, ont été inclus. L’analyse des données a été menée en mai 2019.

Les auteurs ont rapporté que les anciens utilisateurs de cigarettes électroniques avaient une probabilité 1,60 fois plus élevée (IC à 95 % : 1,54–1,67) de signaler des antécédents de diagnostic clinique de dépression que les personnes n’en ayant jamais utilisé, tandis que cette probabilité était 2,10 fois plus élevée (IC à 95 % : 1,98–2,23) pour les utilisateurs actuels de cigarettes électroniques. Une fréquence d’utilisation accrue de la cigarette électronique était associée à une probabilité progressivement plus élevée de signaler une dépression.

Selon les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue JAMA Network Open, d’autres études longitudinales sont nécessaires pour examiner le risque de dépression associé à l’utilisation des cigarettes électroniques et la bidirectionnalité potentielle de l’association entre l’utilisation de cigarettes électroniques et la dépression.

« Les médecins devraient envisager de recueillir de façon systématique des informations relatives à l’utilisation des cigarettes électroniques durant les consultations, en particulier chez les patients atteints d’une dépression, et de conseiller de façon systématique les utilisateurs de cigarettes électroniques, en offrant une assistance aux personnes qui manifestent leur volonté d’arrêter », ont-ils déclaré.