L’utilisation de l’étanercept pourrait augmenter le risque de maladie entérique inflammatoire


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les patients traités pour des maladies auto-immunes par étanercept, un médicament anti-facteur de nécrose tumorale alpha (anti-tumour necrosis factor alpha, anti-TNFα), pourraient présenter un risque plus élevé de développer une maladie entérique inflammatoire (MEI). C’est ce que suggère une nouvelle recherche publiée dans la revue Alimentary Pharmacology and Therapeutics

Des chercheurs ont examiné des données issues de registres de santé danois, portant sur 17 018 individus atteints de maladies auto-immunes, traités par des médicaments anti-TNFα pour des indications autres qu’une MEI, et sur 63 308 individus atteints de maladies auto-immunes n’ayant pas été exposés à des anti-TNFα. La plupart des patients ont été traités par infliximab, étanercept et adalimumab. 

Ils ont découvert que les patients traités par étanercept présentaient un risque accru de se faire diagnostiquer une maladie de Crohn (MC) et une colite ulcérative (CU) pendant le traitement (rapport de risque corrigé [RRc] : 2,0 ; IC à 95 % : 1,4–2,8 et RRc : 2,0 ; IC à 95 % : 1,5–2,8, respectivement). Les RR correspondants étaient de 1,3 et 1,0 pour l’infliximab et de 1,2 et 0,6 pour l’adalimumab. Aucun risque accru statistiquement significatif de développement d’une CU ou d’une MC de novo n’a été identifié avec l’utilisation du golimumab ou du certolizumab pégol. 

« Cette étude a établi qu’il existe un risque accru de développement d’une maladie entérique inflammatoire chez les personnes prenant de l’étanercept. La reconnaissance de ce phénomène est importante pour les cliniciens qui s’occupent de ces patients », a déclaré l’auteur, Joshua Korzenik, de l’Hôpital de Brigham et des femmes (Brigham and Women’s Hospital), à Boston, aux États-Unis.