L’utilisation de l’association hydroxychloroquine et azithromycine augmente le risque cardiovasculaire chez les patients atteints d’une polyarthrite rhumatoïde

  • Lance JEC, et al.
  • Lancet Rheumatology
  • 21 août 2020

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un traitement combiné par hydroxychloroquine et azithromycine a été associé à des risques cardiovasculaires significatifs, y compris la mortalité, dans la plus grande étude de sécurité d’emploi jamais réalisée pour comparer le traitement par hydroxychloroquine et le traitement par hydroxychloroquine et azithromycine chez des patients atteints d’une polyarthrite rhumatoïde (PR).

Dans le cadre de cette étude rétrospective multinationale, publiée dans la revue The Lancet Rheumatology, de nouvelles études de cohorte d’utilisateurs ont comparé des patients adultes atteints d’une PR commençant un traitement par hydroxychloroquine à d’autres commençant un traitement par sulfasalazine. Un suivi de 30 jours a été réalisé et 16 événements indésirables graves ont été évalués.

L’étude incluait 956 374 utilisateurs d’hydroxychloroquine, 310 350 utilisateurs de sulfasalazine, 323 122 utilisateurs de l’association hydroxychloroquine et azithromycine, et 351 956 utilisateurs de l’association hydroxychloroquine et amoxicilline, sur une période de 20 ans et dans 6 pays (Allemagne, Espagne, États-Unis, Japon, Pays-Bas, Royaume-Uni).

Aucun sur-risque d’événements indésirables graves n’a été identifié en comparant un traitement de 30 jours par hydroxychloroquine et par sulfasalazine. Une série de cas autocontrôlés a confirmé ces résultats.

Cependant, l’utilisation à long terme de l’hydroxychloroquine semblait être associée à une augmentation de la mortalité cardiovasculaire (rapport de risque [RR] étalonné : 1,65 [IC à 95 % : 1,12–2,44]).

L’ajout d’azithromycine semblait être associé à un risque accru de mortalité cardiovasculaire à 30 jours (RR étalonné : 2,19 [IC à 95 % : 1,22–3,95]), de douleur thoracique ou d’angor (1,15 [1,05–1,26]), et d’insuffisance cardiaque (1,22 [1,02–1,45]), comparativement à l’association hydroxychloroquine et amoxicilline.

Une prévalence plus élevée de maladie respiratoire aiguë a été observée chez les utilisateurs d’azithromycine, comparativement aux utilisateurs d’amoxicilline (62,5 %, contre 50,7 %).