L’utilisation d’un THS est associée à un risque de cancer du poumon plus faible chez les femmes

  • Abdel-Rahman O
  • Int J Clin Oncol
  • 9 janv. 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’utilisation actuelle d’un traitement hormonal substitutif (THS) est associée à un risque significativement plus faible d’incidence du cancer du poumon et de mortalité spécifique à la maladie chez les femmes ayant des antécédents de tabagisme, comparativement aux femmes n’ayant jamais utilisé un THS.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les bénéfices de protection du THS pourraient diminuer au fil du temps après l’arrêt du THS.

Protocole de l’étude

  • 77 911 femmes sans cancer du poumon, issues de l’Essai sur le dépistage du cancer de la prostate, du cancer du poumon, du cancer colorectal et du cancer de l’ovaire de l’Institut national américain du cancer (National Cancer Institute) et ayant des antécédents (n = 50 248) ou non (n = 27 663) d’utilisation d’un THS.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • Un cancer du poumon a été diagnostiqué chez 2,1 % des femmes n’ayant jamais utilisé un THS et chez 1,6 % des utilisatrices d’un THS.
  • Les utilisatrices d’un THS passées et actuelles présentaient un risque significativement plus faible (rapport de risque [RR] corrigé) de :
    • cancer du poumon : 0,876 (P = 0,022) ;
    • mortalité spécifique à la maladie : 0,814 (P = 0,003) ; et
    • mortalité toutes causes confondues : 0,813 (P 
  • Chez les fumeuses anciennes et actuelles, l’exposition au THS était associée à une réduction du risque (rapport de risque [RR]) de :
    • cancer du poumon : 0,748 (P 
    • mortalité spécifique à la maladie : 0,666 (P 
  • Ces réductions n’ont pas été observées chez les femmes n’ayant jamais fumé.
  • Les utilisatrices actuelles d’un THS présentaient une réduction du risque (RR) de :
    • cancer du poumon : 0,842 (P = 0,007) ; et
    • mortalité spécifique à la maladie : 0,800 (P = 0,004).
  • Ces réductions du risque n’ont pas été observées chez les utilisatrices passées d’un THS.

Limites

  • Étude rétrospective.