L’utilisation d’opioïdes est fréquente chez les patients atteints d’une MICI

  • Niccum B & al.
  • Clin Gastroenterol Hepatol
  • 21 août 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Plus d’un cinquième des patients ambulatoires atteints d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) et plus de 60 % des patients hospitalisés atteints d’une MICI reçoivent des opioïdes.

Pourquoi est-ce important ?

  • La douleur est fréquente avec une MICI, mais les médicaments contre la douleur sont associés à des événements indésirables (EI) gastro-intestinaux, exacerbent souvent les symptômes de la MICI et augmentent le risque de mortalité et de pharmacodépendance.

Méthodologie

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 31 études.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 21 % (IC à 95 % : 13–30 %) des patients ambulatoires utilisaient des opioïdes.
  • La prévalence de l’utilisation d’opioïdes était plus élevée dans les études menées aux États-Unis que dans celles menées dans d’autres pays, mais la différence n’était pas statistiquement significative (25 %, contre 15 % ; P = 0,107).
  • 62 % (IC à 95 % : 25–92 %) des patients hospitalisés ont reçu des opioïdes pendant leur hospitalisation pour la prise en charge de leur MICI.
  • L’utilisation d’opioïdes chez les patients ambulatoires atteints d’une MICI a été significativement associée (risques relatifs ; IC à 95 %) :
    • au sexe féminin : 1,20 (1,03–1,40) ;
    • à la dépression : 1,99 (1,80–2,19) ;
    • à l’abus de substance : 4,67 (2,87–7,60) ;
    • à la réalisation d’une chirurgie gastro-intestinale antérieure : 2,33 (1,66–3,26) ;
    • à l’utilisation d’agents biologiques : 1,36 (1,06–1,74) ;
    • à l’utilisation de stéroïdes : 1,41 (1,04–1,91).

Limites

  • Bien qu’une revue systématique ait révélé que l’utilisation d’opioïdes était associée à une MICI plus sévère, à une utilisation plus fréquente des soins de santé et à un risque accru d’infection et de mortalité, il n’a pas été clairement établi si ces associations étaient dues à l’utilisation d’opioïdes.