L’utilisation d’iode radioactif est excessive dans le cadre du cancer de la thyroïde à faible risque

  • Moten AS & al.
  • Surg Oncol
  • 1 juin 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’âge, le sexe, l’origine ethnique, le statut d’assurance et l’étendue de la chirurgie sont associés à l’ablation par iode radioactif (IRA) postopératoire chez les patients atteints d’un cancer papillaire de la thyroïde (CPT) à faible risque.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’IRA postopératoire n’est pas indiqué pour les patients à faible risque, selon les recommandations de l’Association américaine de la thyroïde (American Thyroid Association, ATA).

Principaux résultats

  • 25 % des patients atteints d’un CPT à faible risque ont reçu de l’IRA.
  • Les facteurs de risque associés à l’administration d’IRA postopératoire dans le cadre du CPT à faible risque étaient les suivants :
    • un âge inférieur à 45 ans (rapport de cotes [RC] : 1,393 ; IC à 95 % : 1,250–1,552) ou compris entre 45 et 64 ans (RC : 1,275 ; IC à 95 % : 1,152–1,412) ;
    • être de sexe masculin (RC : 1,191 ; IC à 95 % : 1,086–1,305) ;
    • être d’origine ethnique hispanique (RC : 1,236 ; IC à 95 % : 1,110–1,376) ou asiatique (RC : 1,306 ; IC à 95 % : 1,159–1,473) ;
    • le nombre de ganglions lymphatiques retirés (RC : 1,090 ; IC à 95 % : 1,003–1,184 pour 1–3 ganglions ; RC : 1,243 ; IC à 95 % : 1,119–1,381 pour 4 ganglions ou plus) ;
    • la réalisation d’une thyroïdectomie totale/quasi totale (RC : 5,823 ; IC à 95 % : 5,036–6,734).
  • Être d’origine ethnique noire (RC : 0,851 ; IC à 95 % : 0,733–0,987) et avoir un statut d’assurance inconnu (RC : 0,503 ; IC à 95 % : 0,374–0,676) étaient des facteurs inversement associés au fait de recevoir de l’IRA postopératoire, chez les patients atteints d’un CPT à faible risque.

Protocole de l’étude

  • 32 229 patients atteints d’un CPT, dont 53,6 % classés comme étant à faible risque (T1 sans métastase), ont été analysés afin de déterminer les facteurs associés à l’administration d’IRA postopératoire.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Étude rétrospective utilisant une vaste base de données.