L’utilisation d’implants texturés dans le cadre de la chirurgie reconstructrice est associée à la récidive du cancer du sein

  • Lee KT & al.
  • JAMA Surg
  • 7 oct. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les implants mammaires texturés utilisés pour la reconstruction dans le cadre du cancer du sein sont associés à une moins bonne survie sans maladie (SSM), mais pas à une moins bonne survie sans récidive locale et régionale (SSRLR).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats ont besoin d’être répliqués, mais ils suggèrent que les implants texturés présentent un lien avec un cancer autre que le lymphome anaplasique à grandes cellules, qui est associé aux implants mammaires.
  • Les chirurgiens doivent envisager le recours privilégié à des implants à texture lisse.

Méthodologie

  • Une étude de cohorte rétrospective sud-coréenne (N = 687) a été menée auprès de patientes ayant reçu des implants lisses ou texturés durant la chirurgie mammaire reconstructrice.
  • Les critères d’évaluation principaux étaient la SSM et la SSRLR.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Les patientes ont été suivies pendant une durée médiane de 52 mois (intervalle : 31–106).
  • 39,9 % des patientes de la cohorte ont reçu des implants lisses et 60,1 % ont reçu des implants texturés.
  • Au sein de la cohorte, le taux de SSRLR à 5 ans était de 96,7 %.
  • Le taux de SSM à 5 ans était de 95,2 %.
  • Les implants texturés, par rapport aux implants lisses, ont été associés à une moins bonne SSM après une correction pour prendre en compte le statut du récepteur des œstrogènes (Estrogen Receptor, ER) et le stade de la tumeur :
    • Rapport de risque (RR) de 3,054 (P = 0,02).
  • L’effet dans l’analyse multivariée était similaire parmi les patientes atteintes d’un :
    • cancer ER+ : RR de 3,130 (P = 0,04) ;
    • cancer invasif : RR de 3,044 (P = 0,03).
  • L’effet était plus important chez les patientes présentant une tumeur de stade avancé (stade II ou III) :
    • RR de 8,874 (P = 0,04).
  • Aucune différence n’a été observée entre les groupes concernant la SSRLR.

Limites

  • Méthodologie observationnelle et rétrospective.
  • Il se peut que la durée de la période de suivi n’ait pas été suffisante pour certaines participantes.