L'utilisation d'antibiotiques par voie orale est-elle associée à une augmentation du risque de cancer colorectal ?

  • Zhang J., et coll.
  • Gut
  • 19 août 2019

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'utilisation d'antibiotiques par voie orale est associée à un risque accru de cancer du côlon, mais à un risque moindre de cancer rectal, et dépend en partie de la classe de médicaments prescrite, selon une nouvelle recherche publiée dans la revue Gut.

Une étude observationnelle de cas-témoins appariés a été menée sur la base de données britannique Clinical Practice Research Datalink entre 1989 et 2012 pour évaluer la corrélation entre la consommation d'antibiotiques par voie orale et le risque de cancer colorectal (CCR) : 28 980 cas de CCR et 137 077 témoins ont ainsi été identifiés.

Des antibiotiques avaient été prescrits à 70,0 % des patients atteints de CCR, contre 68,5 % des témoins (p 

L'utilisation d'antibiotiques augmentait le risque de cancer du côlon de manière dépendante de la dose (p 

En revanche, une corrélation inverse a été établie entre l'utilisation d'antibiotiques et les cancers rectaux (p = 0,003), en particulier lorsque la durée d'exposition aux antibiotiques était supérieure à 60 jours (odds ratio ajusté [ORa] = 0,85 ; IC 95 % 0,79-0,93) par comparaison à l'absence d'exposition aux antibiotiques.

Les pénicillines, en particulier l'ampicilline et l'amoxicilline, augmentaient le risque de cancer du côlon (ORa = 1,09 [1,05-1,13]), tandis que les tétracyclines réduisaient le risque de cancer rectal (ORa = 0,90 [0,84-0,97]).

Les résultats orientent vers une topographie des risques potentiellement liée aux différences d'activité du microbiome intestinal et aux variations des mécanismes cancérogènes le long du tube digestif inférieur, avec des conséquences en matière de prescription d'antimicrobiens, ont conclu les chercheurs.