L’utilisation à court terme d’opioïdes augmente le plaisir subjectif


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les opioïdes améliorent la réponse émotionnelle aux stimuli externes. C’est ce que suggère une nouvelle étude publiée dans la revue British Journal of Anaesthesia.

L’étude a examiné les effets du rémifentanil et de la naloxone sur les réponses émotionnelles évoquées par des séquences filmées agréables et désagréables. Un total de 31 hommes adultes en bonne santé âgés de 20 à 35 ans ont rempli des questionnaires d’évaluation émotionnelle subjective avant de recevoir par voie intraveineuse du rémifentanil, un placebo et de la naloxone. Les sujets étaient en aveugle vis-à-vis de la séquence des perfusions. Durant chaque perfusion, les participants ont visionné 10 séquences filmées et ont évalué leur expérience de plaisir ainsi que leur éveil émotionnel.

Le rémifentanil a augmenté de façon significative l’expérience de plaisir provoquée par les séquences filmées, mais pas les sensations d’éveil émotionnel. Ce changement a été observé pour l’ensemble des stimuli désagréables et agréables. La naloxone a modifié les évaluations des expériences émotionnelles en les faisant tendre vers la neutralité, mais l’effet n’a pas différé significativement du placebo.

« Combinés, ces résultats suggèrent que les réponses émotionnelles aux stimuli externes sont médiés par le système opioïde. L’administration d’opioïdes exogènes à court terme augmente la valence émotionnelle des stimuli, tandis que l’éveil émotionnel reste inchangé. Il pourrait s’agir de l’une des raisons qui font que les premières expériences liées aux opioïdes peuvent évoluer vers un trouble d’utilisation des opioïdes », affirment les auteurs.