L’usage présomptif d’antibiotiques n’offre que peu de bénéfices chez les patients atteints du COVID-19 en USI

  • Buetti N & al.
  • J Infect
  • 5 juin 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’administration d’antibiotiques préalablement à l’admission en unité de soins intensifs (USI) ne semble pas affecter la surinfection bactérienne présumée ou la mortalité chez les patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).
  • Des études multicentriques de grande envergure sont nécessaires.

Pourquoi est-ce important ?

  • La faible quantité des données relatives à la co-infection bactérienne chez les patients atteints du COVID-19 suggère que l’usage présomptif d’antimicrobiens à large spectre pourrait ne faire que contribuer à la résistance aux antibiotiques sans apporter de bénéfice clinique réel.

Principaux résultats

  • 48 patients admis en USI, âge médian de 66,5 ans (intervalle interquartile [IIQ] : 60–71).
  • 40 % des patients (19) ont reçu des antibiotiques avant leur admission. Il s’agissait le plus fréquemment d’amoxicilline/de clavulanate (66 %, 13).
  • Les patients recevant des antibiotiques étaient plus fréquemment des femmes (32 % des patients recevant des antibiotiques, contre 17 % des patients n’en recevant pas) et recevaient plus fréquemment des antiviraux administrés de façon concomitante (68 % des patients recevant des antiviraux concomitants, contre 48 % des patients n’en recevant pas).
  • Les taux de mortalité étaient similaires entre les groupes (26 % en cas d’utilisation d’antibiotiques, contre 24 % en l’absence d’antibiotiques ; P = 0,86).
  • Aucune différence n’a été observée concernant les infections nosocomiales (nombre médian d’infections/patient : IIQ de 1 [1–2] dans les deux cas ; P = 0,98).
  • Infections les plus fréquentes : l’infection des voies urinaires (10,5 % en cas d’utilisation d’antibiotiques, contre 27,6 % en l’absence d’antibiotiques), la candidémie (15,8 % en cas d’utilisation d’antibiotiques, contre 6,9 % en l’absence d’antibiotiques).

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective de l’effet d’une antibiothérapie précoce sur la mortalité, les infections nosocomiales sévères différées a été réalisée chez des patients intubés atteints du COVID-19, en Suisse.
  • Financement : Fonds national suisse de la recherche scientifique.

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective. 
  • Petit échantillon.