L’UEG présente son plan d’action concernant la nutrition et les maladies chroniques du système digestif


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

D’après un nouveau rapport, de mauvais choix alimentaires, notamment une forte consommation d’aliments ultra-transformés et d’acides gras trans, entraînent une augmentation du risque de diverses maladies chroniques du système digestif, notamment les cancers digestifs, les troubles liés à la consommation de blé et les troubles gastro-intestinaux fonctionnels, ainsi que du risque d’obésité, pour des millions d’Européens.

Le rapport sur la nutrition et les maladies chroniques du système digestif (Nutrition and Chronic Digestive Diseases), initié par l’Association de gastro-entérologie européenne unifiée (United European Gastroenterology, UEG) et soutenu par 11 associations médicales, organisations de patients et organisations non gouvernementales, a recueilli l’avis de plusieurs des plus grands experts dans les domaines de la nutrition, des cancers digestifs, des maladies hépatiques, des troubles gastro-intestinaux fonctionnels et de la pédiatrie.

Les experts se sont montrés particulièrement inquiets à propos de l’augmentation de la consommation d’aliments ultra-transformés, qui est associée à un risque accru de cancer et d’obésité. 

Le rapport établit un certain nombre de recommandations visant à réduire le risque et l’impact des maladies chroniques du système digestif, notamment en limitant la consommation et la production d’aliments néfastes pour la santé. 

« Si nous voulons combattre l’augmentation de la prévalence des personnes en surpoids, obèses et en mauvaise santé en Europe, ainsi que le fardeau que cela crée sur les systèmes de santé et la mortalité qui y est associée, nous devons agir maintenant », a déclaré le professeur Markus Peck de la Klinikum Klagenfurt am Wörthersee, en Autriche. 

« Il est impératif que la Commission européenne et les différents gouvernements nationaux lancent des initiatives dès à présent, afin de changer la manière dont nous achetons et consommons les aliments. »