L’UE va investir 21 millions d’euros dans la recherche sur les maladies neurodégénératives


  • Dawn O'Shea
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Programme conjoint de recherche sur les maladies neurodégénératives de l’UE (Joint Programme on Neurodegenerative Disease Research, JPND) a lancé un appel international à propositions de recherche. Le JPND invite des équipes de recherche internationales à soumettre des propositions pour des « projets collaboratifs interdisciplinaires ambitieux et innovants portant sur la santé et les services sociaux, à la fois au niveau macro des systèmes et des infrastructures et au niveau individuel des patients, des soignants et des familles ».

Les propositions doivent concerner au choix la maladie d’Alzheimer et les autres démences, la maladie de Parkinson et les troubles apparentés, les maladies à prion, les affections du motoneurone, la maladie de Huntington, l’ataxie spinocérébelleuse et l’atrophie musculaire rachidienne. Les propositions préliminaires doivent être soumises au plus tard à 23 h 59, heure normale d’Europe centrale, le 6 mars 2018.

« Au cours des dernières décennies, la majeure partie du financement a été allouée à la recherche fondamentale et translationnelle dans le but de découvrir de nouveaux traitements », a indiqué le professeur Philippe Amouyel, président du JPND. « Toutefois, la recherche et l’innovation en matière de santé et de services sociaux sont également à l’origine d’avancées ayant des répercussions immédiates, en apportant notamment de nouvelles perspectives qui suggèrent la possibilité d’une amélioration de l’autonomisation des patients, de la participation civique et de la qualité de vie.

« Nous espérons que ces travaux conduiront à l’adoption de nouvelles stratégies de promotion de la santé qui réduiront l’impact des maladies pour les patients ainsi que pour leur famille et leur carrière », a-t-il indiqué.