L’ubrogepant, nouvel anti-CGRP efficace dans la crise aiguë de migraine

  • Lipton RB & al.
  • JAMA
  • 19 nov. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon une étude de phase 3 menée dans le cadre de son développement clinique, l'ubrogepant est plus efficace que le placebo dans la disparition de la douleur migraineuse modérée à sévère, et des symptômes gênants qui lui sont associés. Des données sont attendues sur la base d’administrations répétées et pour des migraines de moindre sévérité.

Évaluation de deux posologies uniques versus placebo

Dans cette étude multicentrique de phase 3, des adultes de 18-75 ans dont le diagnostic de migraine avait été posé avant l’âge de 50 ans et qui présentaient 2 à 8 crises mensuelles (avec ou sans aura) depuis au moins trois mois ont été recrutés. Ils ont été randomisés entre une prise d’ubrogepant 50 mg, ubrogepant 25 mg ou un placebo, le traitement devant être pris dans les 4 heures suivant le début d’une crise d'intensité modérée à intense.

Disparition significative de la douleur et des symptômes associés dans les 2 heures

Au total, 1.686 sujets ont été recrutés et randomisés, parmi lesquels 1.465 ont reçu le traitement. Il s’agissait essentiellement de femmes (90%), avec un âge moyen de 41,5 ans. La crise rapportée lors de la prise du médicament était qualifiée de modérée ou de sévère pour 59% et 41% de la cohorte. Les principaux symptômes associés étaient la photophobie (90%), la photophonophobie (81%) et les nausées (64%).

La disparition de la douleur 2 heures après la prise concernait 21,8%, 20,7% et 14,3% des participants des groupes ubrogepant 50 mg, 25 mg et placebo, respectivement (différence absolue pour 50 mg ou pour 25 mg versus placebo de 7,5% et 6,4%, p significatifs). Parallèlement, les symptômes gênants associés à la crise avaient disparu chez 38,9%, 34,1% et 27,4% de chacun de ces groupes (différence absolue significative pour 50 mg versus placebo 11,5, p=0,01).

Au total, 16,4%, 20,5% et 25,7% des patients sous ubrogepant 50 mg, 25 mg ou placebo ont pris un traitement de secours de la crise. La séparation des courbes d’efficacité des groupes ubrogepant et placebo avec le temps passé depuis la prise était maximum entre 3 et 8 heures après la dose initiale, l'utilisation de médicaments de secours étant supérieure dans le groupe placebo.

En termes de tolérance, les évènements indésirables apparus sous traitement concernaient 12,9% et 9, % des sujets du groupe ubrogepant 50 et 25 mg, et 10,2% de ceux du groupe placebo. Les plus fréquents dans les 48 heures suivant l'administration étaient les nausées (entre 2,0 et 2,5% selon les bras) et les vertiges (entre 1,4 et 2,1% selon les bras).