L’osimertinib obtient une réponse décevante dans le cadre du CBNPC avec mutation de l’exon 20

  • Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’osimertinib a permis d’obtenir un taux de réponse objective (TRO) de seulement 5 % chez les patients atteints d’un CBNPC avec mutations de l’exon 20 du récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor, EGFR).

Pourquoi est-ce important ?

  • Jusqu’à 12 % des mutations de l’EGFR observées chez les patients atteints d’un CBNPC sont des insertions au niveau de l’exon 20, qui sont associées à une résistance aux inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) de l’EGFR.

Protocole de l’étude

  • Étude multicentrique.
  • 21 patients atteints d’un CBNPC avancé associé à des mutations de l’exon 20 de l’EGFR ont reçu de l’osimertinib.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La SSP médiane était de 3,6 mois et la SG médiane de 8,7 mois.
  • Le taux de contrôle de la maladie à 3 mois était de 71 %.
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SSP entre les patients avec ou sans métastases cérébrales.
  • Une régression tumorale a été observée chez 67 % des patients.
  • 1 patient a obtenu une réponse partielle (TRO : 5 %).
  • 76 % des patients ont présenté une maladie stable et 19 % une progression de la maladie.

Limites

  • Analyse rétrospective.
  • L’étude n’a pas inclus de patients présentant le variant A763_Y764insFQEA d’insertion au niveau de l’exon 20, connue pour être une mutation sensibilisante de l’EGFR.