L’osimertinib obtient des résultats prometteurs dans le cadre du CBNPC EGFRm avec des ML

  • Yang JCH & al.
  • J Clin Oncol
  • 6 déc. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’osimertinib a permis d’obtenir un bon taux de réponse objective (TRO) et une survie sans progression (SSP) prometteuse dans le cadre du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) préalablement traité, avec mutation du récepteur du facteur de croissance épidermique (Epidermal Growth Factor Receptor-mutated, EGFRm) et métastases leptoméningées (ML).

Pourquoi est-ce important ?

  • Il n’existe actuellement aucun traitement de référence pour le CBNPC EGFRm avec des ML.

Protocole de l’étude

  • Un essai de phase I multicentrique a été mené en ouvert.
  • 41 patients atteints d’un CBNPC EGFRm avec des ML, préalablement traités par inhibiteurs de la tyrosine kinase de l’EGFR, ont reçu 160 mg d’osimertinib 1 fois par jour.
  • La durée de suivi médiane était de 9,9 mois.
  • Financement : AstraZeneca.

Principaux résultats

  • Un TRO cliniquement significatif a été observé au niveau des ML, mais le TRO était plus élevé lors de l’évaluation neuroradiologique par un examen central indépendant en aveugle (Blinded Independent Central Review, BICR) que par l’investigateur (62 % contre 27 %).
  • Le taux de maladie stable était également cliniquement pertinent, mais variait selon l’examen (61 % selon l’investigateur, contre 32 % selon le BICR).
  • La durée médiane de réponse au niveau des ML était de 15,2 mois selon le BICR, et de 18,9 mois selon l’investigateur.
  • La fonction neurologique s’est améliorée chez 57 % des patients présentant une fonction neurologique anormale à l’inclusion.
  • La SSP médiane, telle qu’évaluée par l’investigateur, était de 8,6 mois, avec 42 % des patients ne présentant pas de progression à 12 mois.
  • Le profil de tolérabilité était similaire à celui observé lors des études précédentes portant sur l’osimertinib.
  • 66 % des patients ont présenté des événements indésirables (EI) de grade supérieur ou égal à 3.

Limites

  • Disparités entre les résultats rapportés par le BICR et l’investigateur.