L’Organisation mondiale des médecins appelle à placer les médecins de famille au centre des soins aux personnes plus âgées


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale des collèges nationaux, académies et associations académiques des généralistes et des médecins de famille (World Organization of National Colleges, Academies and Academic Associations of General Practitioners/Family Physicians, WONCA) a appelé à placer les médecins de famille au centre de la prestation des soins aux personnes plus âgées. 

Dans un communiqué, la WONCA a souligné que le médecin de famille doit être le prestataire de soins en médecine générale des personnes plus âgées et qu’il doit couvrir l’éventail complet des soins, de l’état en bonne santé jusqu’à la fragilité de stade terminal, y compris pour les personnes se trouvant en établissements de soins de longue durée.  

L’organisation a déclaré que les médecins de famille sont les mieux à même d’endosser ce rôle pour plusieurs raisons, notamment au regard de la nature longitudinale de la relation qu’ils entretiennent avec les patients, les familles et les collectivités, le fait que ce sont des généralistes formés, qu’ils sont équipés pour assurer une surveillance continue des soins et qu’ils possèdent une compréhension d’un grand nombre de questions psychosociales complexes. 

La WONCA a souligné un certain nombre de mesures devant être mises en œuvre afin de pérenniser ce rôle, notamment la nécessité d’harmoniser de façon adéquate l’ensemble des systèmes de santé, y compris les politiques de santé et le financement des soins de santé, dans le but de soutenir les personnes plus âgées, les médecins de famille et les équipes en charge des soins en médecine générale dans la collaboration avec le domaine des soins en médecine spécialisée. L’organisation a précisé que des modèles de soins proactifs plutôt que réactifs, qui visent à identifier en temps opportun la fragilité et l’atteinte cognitive, sont également nécessaires pour les personnes plus âgées.