L’optimisation de certains facteurs de risque pourrait réduire le risque d’infection après une chirurgie


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des chercheurs ont identifié cinq principaux facteurs de risque qui sont associés à un risque accru d’infection au site de l’opération (ISO) après une chirurgie orthopédique et recommandent l’« optimisation » des facteurs de risque modifiables avant la chirurgie afin de réduire le risque d’infection postopératoire. 

L’étude a inclus 4 818 patients âgés de 60 ans ou plus, ayant fait l’objet de chirurgies orthopédiques électives dans 2 hôpitaux en Chine, entre janvier 2014 et septembre 2017. 

Dans un délai d’un an après la chirurgie, 74 ISO ont été identifiées, dont 54 ont été classées comme des ISO superficielles et 20 comme des ISO profondes. Le diagnostic d’ISO est intervenu au 17e jour (résultat médian), le diagnostic ayant été établi au plus tôt le 2e jour et au plus tard le 166e jour après l’opération, ont indiqué les auteurs.

Les chercheurs ont découvert que le diabète sucré, l’obésité morbide, le tabagisme, l’allongement de la durée de l’opération chirurgicale et des taux préopératoires d’albumine plus faibles (inférieurs à 35 g/l) étaient significativement associés à une ISO. 

Présentant les résultats dans la revue International Wound Journal, les auteurs ont indiqué que les données permettent une évaluation individualisée des risques et qu’elles pourraient améliorer les conseils préopératoires. « En conséquence, l’optimisation de la stratégie préopératoire consistant en une perte de poids modeste, une prise en charge agressive du diabète, l’adoption d’une supplémentation nutritionnelle et l’arrêt du tabagisme est recommandée pour réduire l’incidence des ISO », ont-ils conclu.