L’OMS exprime de vives inquiétudes sur la situation sanitaire humanitaire dans le nord-est de la Syrie


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

De vives préoccupations ont été exprimées au sujet de la situation sanitaire humanitaire actuelle dans le nord-est de la Syrie, les craintes étant que les déplacements de population continus, les conditions de vie surpeuplées et l’accès limité à l’eau potable et aux services d’assainissement entraînent une hausse du nombre de personnes touchées par les maladies hydriques.

Environ 200 000 personnes ont été déplacées dans la région, suite à la multiplication des opérations militaires depuis le 9 octobre. Il est estimé que le nombre de personnes ayant besoin d’une aide sanitaire s’élève à 1,5 million.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a pourtant affirmé que les services de santé déjà affaiblis dans la région ont été gravement touchés par les récents événements concernant la situation sécuritaire. Plusieurs hôpitaux ne sont pas opérationnels ou ne proposent que des services limités, notamment les hôpitaux nationaux à Ras al-Aïn et à Tell Abyad, certains partenaires du domaine de la santé ayant suspendu leurs services en raison de l’insécurité. Au moins deux attaques ciblant des établissements de santé ont été rapportées rien que pour le week-end dernier. 

L’OMS a réitéré son appel adressé à toutes les parties prenantes du conflit, afin de préserver le droit à la santé des centaines de milliers de civils innocents dans le nord-est de la Syrie et de respecter le droit humanitaire international dans le but de protéger tous les civils, notamment les agents de santé et les patients, ainsi que les établissements de santé.