L’OMS demande à avoir un accès libre et sécurisé pour la riposte à la flambée d’Ebola en RDC


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Après avoir constaté directement les complexités existant dans la mise en œuvre de la riposte à Ebola dans la région en conflit du Nord-Kivu en République démocratique du Congo (RDC), la direction de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a demandé à avoir un « accès libre et sécurisé » aux personnes touchées par la maladie

Même s’il s’agit de la dixième flambée d’Ebola à laquelle le pays est confronté, c’est la première fois que la maladie frappe une zone de conflit actif densément peuplée. 

Le Dr Tedros Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS, et d’autres hauts responsables de l’OMS ont récemment effectué une mission de deux jours dans l’épicentre de l’épidémie. Une série de groupes armés sont en activité dans la région et l’OMS a déclaré que cette insécurité constitue un défi pour les équipes de santé qui tentent d’atteindre les populations pour la recherche active et la surveillance des cas d’Ebola, l’emploi d’escortes armées étant souvent nécessaire. La violence peut également décourager les personnes de se présenter pour recevoir un traitement, est-il indiqué. 

« Tous les acteurs participant à la riposte doivent pouvoir se déplacer librement et en toute sécurité dans les zones de conflit pour effectuer le travail nécessaire à la mise sous contrôle de la flambée », a déclaré le Dr Tedros Ghebreyesus. « La population doit également avoir accès aux centres de traitement qui permettent de sauver des vies et d’arrêter la propagation de la maladie. »

La semaine dernière, une campagne de vaccination contre Ebola a commencé dans la région pour aider à contenir la maladie.