L’OMS avertit d’une détérioration de la situation concernant la flambée d’Ebola


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié un avertissement sévère indiquant qu’en dépit du nombre croissant de cas, l’organisation pourrait devoir réduire l’ampleur de sa riposte à la flambée d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) en raison de fonds insuffisants. 

Au 30 avril, 1 466 cas avaient été rapportés en RDC, dont 957 décès. Le nombre d’agents de santé affectés s’élève à 92, dont 33 décès. 

La semaine dernière, le directeur général de l’OMS, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, et le directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, le Dr Matshidiso Moeti, se sont rendus à Butembo, où le Dr Richard Mouzoko, épidémiologiste à l’OMS, a été tué par des hommes armés le 19 avril. 

S’exprimant après la visite, le Dr Tedros a déclaré être « profondément préoccupé par la situation » et par le fait que, même si la plupart des activités de riposte à Ebola ont été relancées après un ralentissement à la suite de l’attaque au cours de laquelle le Dr Mouzoko a été tué, les ressources sont mises à très rude épreuve. 

L’OMS a averti que seule la moitié des fonds actuellement demandés a été reçue, ce qui pourrait contraindre l’OMS et ses partenaires à renoncer à certaines activités. 

« Nous entamons une phase où nous allons devoir opérer des changements majeurs concernant la riposte », a déclaré le Dr Tedros. « L’OMS et ses partenaires ne peuvent pas faire face à ces problèmes si la communauté internationale ne participe pas au comblement de l’important déficit de financement. »