L’OMS appelle à une meilleure protection des agents de santé


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a souligné la nécessité d’une meilleure protection des agents de santé et des civils dans les zones de conflit.

Cet appel à agir a coïncidé avec la Journée mondiale de l’aide humanitaire, qui a eu lieu dimanche 19 août, et intervient dans un contexte où l’OMS a indiqué que les attaques ciblant les établissements de santé, les agents de santé et les ambulances continuent de se produire à une « fréquence alarmante ».

L’OMS a développé un système de surveillance mondial des attaques contre les soins de santé (Surveillance System of Attacks on Healthcare, SSA) qui permet la production de rapports réguliers et qui peut aider à identifier les tendances mondiales et spécifiques à chaque contexte en matière de violence et à établir des comparaisons entre les régions et les contextes. Les données recueillies par le système de l’OMS montrent qu’au cours du premier semestre 2018, 107 personnes sont décédées à la suite de 354 attaques frappant des établissements de santé ou des moyens de transport dans 5 pays ou territoires, à savoir l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la République arabe syrienne, la Cisjordanie et la bande de Gaza. 

L’Organisation a appelé les gens à rejoindre le mouvement #NotATarget (#PasUneCible) qui demande aux dirigeants mondiaux de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger tous les civils et agents de santé dans les régions en conflit. 

« La santé est un droit humain fondamental et les attaques contre les soins de santé sont une violation flagrante de ce droit », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.