L’OMS a ouvert une enquête sur des allégations de fautes graves


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a ouvert une enquête sur des allégations de fautes graves en son sein. 

Dans un communiqué publié le jeudi 17 janvier, l’organisation a déclaré avoir connaissance d’un article publié à propos d’allégations de fautes graves en son sein. Il y est rapporté que son directeur général, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a signalé les allégations au Bureau des services de contrôle interne de l’OMS et qu’une enquête a été ouverte. 

Bien que le communiqué ne précise pas la nature des allégations, il indique que ces allégations étaient anonymes, qu’elles avaient circulé en interne et que le Dr Tedros avait abordé le sujet lors de réunions avec le personnel, au cours desquelles il avait souligné que « l’OMS a une politique de tolérance zéro pour les fautes graves ou les discriminations de toutes sortes ».

Le communiqué a précisé que, depuis qu’il a pris ses fonctions, le Dr Tedros « prône l’ouverture, la transparence et la diversité. L’équipe de direction actuelle de l’OMS est l’une de celles qui tiennent le mieux compte de la diversité et de l’égalité entre les sexes parmi les institutions des Nations Unies. Toutes les régions du monde sont représentées et près des deux tiers de l’équipe sont des femmes. L’OMS s’efforce constamment d’accroître la diversité géographique et d’améliorer la parité à tous les niveaux dans le cadre de son processus de transformation en cours. »  

L’OMS a souligné avoir mis en place des dispositifs qui permettent à quiconque de faire part de préoccupations concernant toute faute grave présumée de la part du personnel, notamment une ligne téléphonique indépendante de signalement des problèmes d’intégrité.