L’olaparib démontre une activité dans le cadre du cancer de la prostate associé à des aberrations des gènes de réparation de l’ADN

  • Mateo J & al.
  • Lancet Oncol
  • 2 déc. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’olaparib démontre une activité contre le cancer de la prostate résistant à la castration métastatique présentant des aberrations des gènes de réparation des lésions de l’ADN (DNA Damage Response, DDR).

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats, s’ils sont confirmés par des études d’enregistrement, justifieraient la mise en œuvre de dépistages génomiques tumoraux dans la pratique clinique, afin de stratifier les traitements de la maladie avancée.

Protocole de l’étude

  • 98 patients atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique, en progression, qui présentaient des aberrations des gènes de DDR et avaient préalablement été traités par 1/2 schémas de chimiothérapie à base de taxanes, ont été affectés de manière aléatoire afin de recevoir 300 mg ou 400 mg d’olaparib.
  • Financement : Centre de recherche sur le cancer du Royaume-Uni (Cancer Research UK) ; AstraZeneca.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 24,8 mois.
  • Chez les patients ayant reçu 400 mg d’olaparib, comparativement à 300 mg :
    • taux de réponse composite confirmée : 54,3 % contre 39,1 % (P = 0,14) ;
    • taux de réponse objective radiologique : 24,2 % contre 16,2 % ;
    • baisse d’au moins 50 % de l’antigène prostatique spécifique (Prostate-Specific Antigen, PSA) : 37,0 % contre 30,2 % ;
    • taux de conversion de la numération des cellules tumorales circulantes : 53,6 % contre 48,1 %.
    • La survie sans progression (SSP) radiographique médiane était de 5,5 mois (IC à 95 % : 4,4–8,3), contre 5,6 mois (IC à 95 % : 3,7–7,7).
  • L’événement indésirable de grades 3/4 le plus fréquent était l’anémie (37 % contre 31 %).
  • 19 réactions indésirables graves ont été rapportées chez 13 patients.
  • 1 décès lié au traitement a été rapporté avec la dose de 300 mg.

Limites

  • Protocole en ouvert.