L’OCDE appelle à une surveillance plus étroite des prescriptions d’opioïdes


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un nouveau rapport publié par l’OCDE met en avant une augmentation du nombre de décès liés à la consommation d’opioïdes, dont l’organisation estime qu’elle est en partie due à une augmentation des prescriptions et des surprescriptions d’opioïdes pour la prise en charge de la douleur. 

Ce rapport, intitulé Mesures contre la consommation problématique d’opioïdes dans les pays de l’OCDE (Addressing Problematic Opiod Use in OECD Countries), montre qu’entre 2011 et 2016, le nombre de décès liés à la consommation d’opioïdes a augmenté de plus de 20 % dans les 25 pays de l’OCDE pour lesquels des données sont disponibles. Cette augmentation est la plus prononcée en Angleterre, au Canada, aux États-Unis, en Irlande, en Norvège, au Pays de Galles et en Suède.

Le rapport appelle à de meilleures pratiques de prescription, encadrées par des recommandations cliniques basées sur les données probantes, et à une surveillance plus étroite des prescriptions d’opioïdes, ainsi qu’à la réglementation des relations commerciales et financières avec les fabricants d’opioïdes. 

Il suggère également aux pays concernés d’œuvrer à une meilleure sensibilisation sur le sujet des opioïdes, à un meilleur accès aux soins et à la mise en place d’interventions de minimisation des risques, à une meilleure approche globale au sein des systèmes sociaux, de santé et de justice criminelle, et à de meilleures connaissances et à davantage de recherches afin de faciliter la prise de décisions à tous les niveaux.

« L’épidémie d’addiction aux opioïdes frappe le plus violemment les populations les plus vulnérables », estime Gabriela Ramos, directrice de cabinet de l’OCDE. « Les gouvernements doivent prendre des mesures radicales pour mettre un terme à cette vague de décès et pour réduire le coût social, émotionnel et économique dévastateur de l’addiction, grâce à des traitements et des solutions plus efficaces en matière de politique de santé. »