L’obésité et le diabète sont associés à une augmentation du risque de cholangiocarcinome intrahépatique

  • Petrick JL & al.
  • Am J Gastroenterol
  • 3 sept. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’obésité et des antécédents de diabète sont associés à un risque significativement plus important de cholangiocarcinome intrahépatique (CCI), le deuxième cancer du foie le plus fréquent.

Pourquoi est-ce important ?

  • La majorité des études évaluant les associations entre le risque de cancer du foie et le diabète et l’obésité ont été réalisées chez des patients atteints d’un carcinome hépatocellulaire ou de tous types de cancers du foie combinés.

Protocole de l’étude

  • Une analyse groupée de 13 études de cohorte basées aux États-Unis, issues du Projet de regroupement des données sur le cancer du foie (Liver Cancer Pooling Project, LCPP) et une méta-analyse de 14 études ont été réalisées.
  • Financement : Instituts nationaux de la santé (National Institutes of Health).

Principaux résultats

  • Dans l’analyse groupée, l’obésité était associée à une augmentation de 62 % du risque de CCI (RRI : 1,62 ; IC à 95 % : 1,24–2,12), et un diabète autodéclaré était associé à une augmentation de 81 % du risque de CCI (RRI : 1,81 ; IC à 95 % : 1,33–2,46).
  • Le fait d’être en surpoids était associé à une augmentation du risque de CCI chez les femmes (RRI : 1,62 ; IC à 95 % : 1,15–2,30), mais pas chez les hommes.
  • Dans la méta-analyse, l’obésité était associée à une augmentation de 49 % du risque de CCI (risque relatif [RR] : 1,49 ; IC à 95 % : 1,32–1,70), et les antécédents de diabète étaient associés à une augmentation de 53 % du risque de CCI (RR : 1,53 ; IC à 95 % : 1,31–1,78).

Limites

  • Le LCPP s’appuie énormément sur l’autodéclaration pour les facteurs de confusion potentiels.