L’obésité et la dépression sont associées à un risque accru de douleur à la hanche


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que l’obésité et la dépression sont associées au risque de souffrir de douleur chronique à la hanche.

Des chercheurs ont examiné les données de 2 510 adultes choisis en tant qu’échantillon représentatif de la population allemande. Les participants ont rempli des questionnaires comprenant des versions de l’échelle de la douleur régionale (Regional Pain Scale), du questionnaire sur la qualité de vie de l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (European Organization for Research and Treatment of Cancer Quality of Life Questionnaire, EORTC QLQ‐C30) et de l’inventaire de dépression de Beck dans le cadre des soins en médecine générale (Beck Depression Inventory–Primary Care). 

Un total de 124 participants (4,9 %) ont rapporté une douleur chronique à la hanche et 39 autres participants (1,5 %) ont rapporté une douleur chronique à la hanche qui était invalidante. 

L’étude a révélé que l’obésité et les valeurs accrues à l’échelle de dépression étaient associées à une plus grande probabilité de douleur chronique à la hanche (rapport de cotes [RC] : 2,55 et 8,53, respectivement), par rapport à des sujets ne présentant aucune douleur. Les valeurs accrues à l’échelle de dépression ont également été associées au risque de souffrir d’une douleur chronique invalidante à la hanche (RC : 28,22 ; IC à 95 % : 12,98–61,33). 

Les auteurs, qui ont présenté leurs conclusions dans la revue Musculoskeletal Care, ont indiqué qu’au vu des résultats indiquant une forte association entre la symptomatologie dépressive et la douleur de la hanche, « il serait bénéfique pour les patients souffrant d’une douleur chronique à la hanche de faire l’objet d’un dépistage quant au trouble dépressif ». Ils ont ajouté que d’« autres recherches sur l’impact du dépistage et les résultats d’un traitement de suivi approprié seraient très utiles ».