L’obésité des futures mères prédispose à celle de leur enfant


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’épidémie d’obésité est une préoccupation majeure de santé publique. Les politiques de prévention sont de plus en plus ciblées sur des interventions précoces dans la vie des personnes. Cependant, deux chercheurs britanniques ont remarqué que leurs objectifs ne portent pas souvent sur les femmes avant qu’elles ne soient enceintes. Ils ont donc cherché à savoir dans quelle mesure l’IMC (indice de masse corporelle) maternel avant la grossesse influe sur le poids de leur futur enfant. Leur travail indique que les femmes obèses avant d’être enceintes ont 264% de chances en plus de donner naissance à un enfant qui sera lui-même obèse.

Pour établir ce résultat, ils ont recensé la littérature sur le sujet jusqu’en mai 2019. Ils ont retenu 79 études (dont 32 américaines), dont 56 étaient prospectives. La majorité d’entre elles avaient été publiées à partir de 2010. La méta-analyse qu’ils ont conduite a montré que l’obésité maternelle avant grossesse était associée de manière significative avec l’obésité de leur enfant (critère principal d’évaluation – OR 3,64, IC 95% 2,68-4,95 ; n =88.872, à partir de 20 études), un critère combiné obésité-surpoids (OR 2,69, IC 95% 2,10-3,46 ; n = 181.800, à partir de 22 études) et le surpoids de l’enfant (OR 1,80, IC 95% 1,25-2,59 ; n = 53.238, à partir de 10 études). Le risque d’obésité infantile augmentait également avec le surpoids de la mère avant grossesse (OR 1,89, IC95% 1,62-2,19). Les associations relevées n’étaient pas linéaires. La prévalence de l’obésité infantile augmentait avec l’âge de l’enfant.

La principale limitation de ce travail est que les études ne comportaient pas toujours des données facilement importables dans une méta-analyse complexe, d’où le recours à l’interview de leurs auteurs quand cela a été possible.

Quoiqu’il en soit, pour ses auteurs, ce travail plaide fortement en faveur de politiques publiques de prévention de l’obésité ciblées sur les futures mères.