L’intelligence artificielle révèle l’existence d’un nouvel antibiotique puissant

  • Stokes JM, et al.
  • Cell
  • 20 févr. 2020

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle molécule antibactérienne structurellement distincte puissante a été découverte grâce à l’utilisation d’un algorithme d’apprentissage d’intelligence artificielle, d’après une nouvelle étude publiée dans la revue Cell.

Les chercheurs ont formé un réseau de neurones profond, afin de prédire les molécules possédant une activité antibactérienne. Ils ont réalisé des prédictions sur plusieurs bibliothèques de produits chimiques et ont découvert une molécule, l’halicine, dans la plateforme de repositionnement des médicaments (Drug Repurposing Hub ; une bibliothèque comptant environ 6 000 composés), qui diffère sur le plan structurel des antibiotiques conventionnels et affiche une activité bactéricide contre un large spectre phylogénétique d’agents pathogènes, dont la bacille de Koch (Mycobacterium tuberculosis) et des entérobactéries résistantes aux carbapénèmes.

L’halicine a traité efficacement des infections à Clostridioides difficile et à Acinetobacter baumannii résistant à tous les antibiotiques connus dans des modèles murins.

E. coli n’a développé aucune résistance à l’halicine sur une période de traitement de 30 jours, alors que cette même bactérie a commencé à développer une résistance à la ciprofloxacine dans un délai de 1 à 3 jours.

De plus, à partir d’un ensemble distinct de 23 prédictions testées empiriquement à partir de plus de 107 millions de molécules sélectionnées dans la base de données ZINC15, leur modèle a identifié 8 composés antibactériens structurellement éloignés des antibiotiques connus.

« Notre objectif était de développer une plateforme qui nous permettrait d’exploiter la puissance de l’intelligence artificielle pour entrer dans une nouvelle ère de découverte de médicaments antibiotiques », a déclaré le co-auteur de l’étude, le professeur James Collins. « Notre approche a révélé cette incroyable molécule, qui est sans doute l’un des antibiotiques les plus puissants jamais découverts. »